Les nappes phréatiques peuvent causer des dommages considérables pour les maisons et même des biens à usage professionnel. Par exemple, une construction, située sur une nappe phréatique, peut se fragiliser après déchaussement des fondations, fissuration des murs et dissolution du sol.

Inondation classique et inondation de remontées de nappes phréatiques

La plupart des propriétaires sont surpris d’apprendre que des eaux situées en profondeur peuvent avoir un impact sur leurs habitations. Ces eaux peuvent constituer un danger pour les fondations de la maison. En fait, ce ne sont pas seulement les phénomènes de surface, telle une inondation classique, qui endommagent une maison. L’inondation de remontée de nappe phréatique, quoique peu connue, est à redouter par tout propriétaire établi sur une zone à risques. Il y a quelques années, les experts ont mesuré toute la gravité du phénomène suite aux catastrophes majeures qui se sont produites dans différentes zones de France.

Le bassin du Clain : objet d’étude de l’inondation de remontées de nappes phréatiques

Lorsque la pluviométrie est élevée, le risque d’inondation n’est jamais loin dans certaines régions. Toutefois, en cas de présence de nappes phréatiques, nul besoin d’avoir une pluviométrie forte pour assister à une inondation. Les eaux de ruissellement se mélangent aux eaux stockées dans le sous-sol, et cela occasionne d’importants sinistres. En France, de tels sinistres ont pu être observés dans le département de la Somme. Le bassin du Clain constitue un objet d’étude intéressante pour ce qui est de prévenir les inondations par eaux souterraines dans la zone de Poitiers.

Conséquences d’une inondation de remontées de nappes phréatiques

Être victime d’une inondation d’eau souterraine n’est jamais simple. Le sous-sol, les caves et les autres pièces situées à proximité se remplissent d’eau, faisant flotter toute sorte d’objets et de débris. Les autres parties de la maison, telles que les pièces en rez-de-chaussée, peuvent aussi être envahies d’eau. Le sol de fondation se liquéfie, l’acier contenu dans le béton se corrode, la capacité portante des fondations diminue mettant en péril la stabilité de l’habitation. Les désordres d’humidité divers apparaissent avec leur lot de tribulations.

S’informer sur l’existence de zones de remontées de nappes phréatiques

Connaître les régions où peuvent survenir des inondations par voie souterraine est indispensable. Il existe, heureusement, plusieurs acteurs qui peuvent fournir des renseignements sur ce phénomène. On peut citer, par exemple, le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) qui prévient le public des risques liés à ce phénomène et fournit également des outils de prévention. Le site inondationsnappes.fr dresse une cartographie des zones à risques dans un département ou une commune. D’autres institutions comme les SAC, le SCHAPI, la DPPR ou encore le CEMAGREF luttent aussi contre le phénomène.

Faire une étude de sol pour déterminer le risque de remontées de nappes phréatiques

Outre la cartographie de sa commune ou de son département, une étude de sol est nécessaire pour mieux appréhender le risque d’inondation par voie souterraine. Les types de sols sont différents. Tandis que les sols sablonneux sont perméables, d’autres types de sols laissent difficilement passer l’eau. En cas de découverte d’un sol à risques, une solution comme le cuvelage doit être envisagée. En savoir plus