Négociation jusqu’à indemnisation

Maison inondée : le déroulement d’une expertise après une inondation

expertise-indemnisation-480x250

Les inondations sont à l’origine d’importants dégâts sur les biens immobiliers (maisons, appartements, locaux professionnels) et mobiliers (voitures, meubles, etc.). Après le nettoyage, vient le temps de l’indemnisation par les assurances. Mais il est nécessaire d’éviter les nombreux pièges et erreurs. A titre d’information, voici les démarches qui interviennent après une inondation.

La prise de RDV avec l’expert de la compagnie d’assurance

Pour être indemnisé, il convient d’effectuer une déclaration auprès de sa compagnie d’assurance pour ouvrir un dossier. La démarche peut se faire par téléphone, complétée ensuite par un courrier détaillant les dégâts subis à cause de l’inondation. Le délai pour cette déclaration est de 10 jours à partir de la date de publication de l’arrêté de catastrophe naturelle au journal officiel. La compagnie d’assurance fait intervenir son expert afin de constater et évaluer les dégâts et le cas échéant débloquer un fond d’urgence (sorte d’acompte sur indemnisation utile pour la réalisation des travaux urgents).

L’expert d’assuré et son aide après une inondation

Afin que l’équilibre des parties soit respecté entre la compagnie d’assurance et le sinistré, ce dernier a la possibilité de faire intervenir son propre expert. Ainsi, l’expert d’assuré agît de façon indépendante de la compagnie d’assurance. Il établit, à son tour et de façon objective, à une inspection pointue des lieux et des dommages. Son rôle est d’estimer les dégâts immobiliers que l’inondation a engendrés. L’expert d’assuré consulte également le contrat d’assurance habitation du sinistré et évalue la situation. Le niveau d’indemnisation dépend, en effet, des garanties souscrites. Les contrats d’assurance peuvent, par exemple, comprendre des garanties particulières, comme le rééquipement à neuf, les frais de relogement, le remboursement du contenu du congélateur, etc. L’expert d’assuré est aussi en charge de vérifier et de constater les mesures d’urgence qui ont été prises au cours de la visite du site par l’expert d’assurance.

L’évaluation du montant des dommages consécutifs à l’inondation

L’assureur demande aux sinistrés d’envoyer un descriptif des dommages subis et une liste chiffrée de tous les objets perdus ou endommagés, accompagnée de tous les justificatifs attestant de l’achat ou de la présence de ces biens à leur domicile (factures, photos, bail de location, actes notariés, etc.). Mais il est préférable que l’estimation des dégâts et l’interface avec l’assurance soit l’expert d’assuré. En effet, en prenant connaissance des pièces justificatives et en collectant des preuves utiles, l’expert d’assuré peut évaluer le montant précis des dégâts et surtout rédiger l’état de pertes. La rédaction de ce document est stratégique puisqu’elle permet de déterminer le montant total d’indemnisation auquel peut prétendre le sinistré. L’état de perte repose sur plusieurs facteurs comme par exemple la valeur à neuf des biens détruits, de leur valeur de remplacement et de leur vétusté qu’il faudra déduire.

Le RDV contradictoire entre le sinistré, son expert indépendant et l’expert d’assurance

Le problème récurrent en matière d’indemnisation est que souvent le montant proposé par l’assureur n’est pas jugé suffisant par le sinistré. Il est important de rappeler que l’expert d’assurance est mandaté pour évaluer les dégâts et le montant d’indemnisation avec un objectif de défense des intérêts de son mandant, assureur. Une confrontation des analyses et points de vue est ainsi importante entre le sinistré, l’expert d’assuré et l’expert de l’assurance, afin d’obtenir un accord commun. Elle permet de déterminer un montant fiable et équilibré, que touchera par la suite le sinistré au titre d’indemnisation de l’inondation.

La réunion de clôture jusqu’à l’accord sur l’indemnisation après inondation

A cette étape de la procédure, le montant d’indemnisation des dégâts devant être versé au sinistré a déjà été fixé, consécutivement aux négociations contradictoires entre les 2 experts (celui de l’assuré et celui de l’assureur). Au cours de la réunion de clôture doivent être présents l’assuré, l’expert d’assurance et un inspecteur de la compagnie d’assurance. Mais il est toutefois, recommandée, que l’expert de l’assuré soit aussi présent, afin de conseiller le sinistré. La réunion de clôture vise à trouver un accord définitif sur le montant de l’indemnisation des dégâts provoqués par l’inondation.

Les travaux et la reconstruction du bien immobilier après l’inondation

Bien que cette étape ne soit pas du ressort direct de l’expert d’assuré, il peut conseiller le sinistré dans ses choix en l’orientant vers des entreprises spécialisés dans la reconstruction après sinistre. A la suite d’une inondation, la coordination des travaux des entreprises est essentielle. Le choix des entreprises doit tenir compte du délai, mais également du budget. D’où un choix de professionnels spécialisés, compétents et efficaces.

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!